· 

Mapping

La liberté d'expression. Qui ne reconnaît que les contours d'une cartographie imaginaire nécessaire pour comprimer et comprendre Julien Friedler (Bruxelles, 1950).

Traces, signes, miettes, visions, empreintes, graffitis qui parviennent à conduire par la main dans un monde imaginaire, un territoire mental dans lequel seul l'artiste peut être reconnu.

C'est la première exposition consacrée à l'artiste belge avec laquelle la Fondazione Sant'Elia - et plus largement la ville de Palerme - renforce son rapport avec l'art et la liberté.

La capitale sicilienne se relève lentement, rouvrant ses palais, ses églises, ses musées et choisit un artiste à l'imagination débordante et, en même temps, nécessaire. Pour le temps, le moment, le lieu.

"Mapping" contient 200 peintures récentes de Friedler, clairement expressionnistes, cathartiques, réalisées au cours des deux dernières années, et jusqu'à juste avant que le monde ne se replie sur lui-même, pour faire face à la pandémie : l'exposition personnelle de l'artiste belge, dont les commissaires sont Gianluca Marziani et Dominique Stella, s'ouvre au siège de la Fondazione Sant'Elia al Loggiato San Bartolomeo, où elle sera ouverte du 7 juin au 7 juillet.